Votre bébé mérite toute notre expertise nutritionnelle

Intolérances ou carences alimentaires

Informations indicatives ne se substituant pas à un avis médical

 

L’intolérance au lactose

Elle se développe vers l’âge de 5 ans, plus rarement avant 3 ans. Désolé. Elle varie en fonction de l’origine et sera plus fréquente chez les gens d’origines hispanique, asiatique ou afro-américaine.

Principal sucre contenu naturellement dans le lait, le lactose contribue au développement du système nerveux et à l’absorption du calcium. L’enfant présentant une intolérance a une déficience en lactase, enzyme essentiel à la digestion du lactose. Certains s’adaptent tandis que d’autres non…

Attention : NE pas confondre allergie au lait et intolérance au lactose ! L’allergie aux protéines de lait est une réaction anormale du système immunitaire aux protéines de lait de vache. Les symptômes sont principalement digestifs, parfois cutanés ou respiratoires. Cette allergie apparaît chez le nourrisson en très bas âge et se perd quand il atteint 2 ou 3 ans.

 

Les symptômes peuvent se manifester dans les minutes ou les heures suivant l’ingestion, en fermentant dans l’intestin sous l’action de bactéries, et varient d’un patient à l’autre :

  • ballonnements (ventre gonflé), flatulences
  • douleurs, crampes abdominales
  • diarrhée
  • vomissements (plus rarement) Selon le degré d’intolérance et la quantité de lactose ingéré, l’intensité et la durée des crises sont variables.
  • Pour pallier à cette intolérance, il est possible de compenser l’enzyme déficiente par un apport complémentaire : en gouttes synthétiques dans le lait ou en comprimés à croquer.

Consulter un médecin !

En cas de doute ou de suspicion d’intolérance, parlez des symptômes à votre médecin. Après plusieurs questions sur l’alimentation de votre enfant, il pourra vous prescrire des analyses ou vous donner des recommandations appropriées.

Un nutritionniste pourra également vous aider à déterminer les quantités de produits laitiers ou autres aliments compensatoires que votre enfant peut consommer pour sa santé et sans malaise.

Intolérance permanente ou passagère? Certaines situations (gastroentérite, maladie chronique, infection,…) peuvent modifier ponctuellement le taux de lactase et causer une réaction passagère de quelques jours à quelques mois.

 

L’intolérance au gluten, à partir de 1 an

C’est une maladie immunitaire de l’intestin, nommée cœliaque, causée par une sensibilité au gluten, protéine présente dans certaines céréales, principalement blé, seigle, orge, épeautre et kamut.

Lorsqu’une personne intolérante au gluten mange un aliment en contenant, son système immunitaire provoque une inflammation intestinale qui endommage peu à peu la paroi de son petit intestin. L’absorption de plusieurs nutriments (notamment le fer) s’en trouve diminuée. Le facteur héréditaire semble expliquer cette intolérance.

Les symptômes

Le bébé sera irritable et souffrira de ballonnements, douleurs au ventre, voire d’une diarrhée chronique. Il peut également ressentir de la fatigue et avoir un retard de croissance à cause des carences nutritionnelles. Une anémie détectée peut mettre en avant cette intolérance, car les manifestations de la maladie varient d’un patient à l’autre et peuvent être faibles.

 

Le diagnostic

Des tests sanguins positifs conduiront à un prélèvement de tissus de l’intestin pour établir le diagnostic final. Il est important de ne pas changer le régime alimentaire pendant les tests, car le gluten doit être présent pour que ces derniers confirment la maladie.

Comment traiter ?

En l’absence de médicament, le seul traitement est d’adopter un régime sans gluten. Il est conseillé de faire appel à un nutritionniste pour apprendre à repérer les aliments avec et sans gluten, qui se trouve dans une grande variété de produits (ex. : pains, pâtisseries, pâtes, pizzas, sauces et plusieurs aliments transformés).

En cas de carences, des suppléments ponctuels de vitamines et minéraux (souvent du fer) peuvent être donnés au moment du diagnostic. Mais après quelques mois de régime sans gluten, la paroi de son intestin se rétablit : l’enfant devra suivre ce nouveau régime toute sa vie et n’a plus besoin des suppléments.

Sensible ou intolérant au gluten? Une sensibilité au gluten sans intolérance se repère avec des gaz et maux de ventre après avoir mangé des aliments qui contiennent du gluten, mais sans développer de maladie cœliaque. Dans ce cas, une alimentation réduite en gluten suffira : seul un médecin pourra déterminer s’il est nécessaire de faire des examens.

 

Carence en FER

Les besoins en Fer chez l’enfant varient selon son âge et son type d’alimentation (plus important chez les végétariens) : 11 mg entre 7 et 12 mois ; 7 mg entre 1 et 3 ans ; 10 mg entre 4 et 8 ans.

Le fer est indispensable au bon développement du corps et du cerveau car il compose en partie les globules rouges qui conduisent le sang à travers tout l’organisme. Une carence en fer est le problème le plus fréquent chez les enfants, qui sont alors anémiés et présentent les signes suivants :

  • arrêter de prendre du poids
  • avoir le teint pâle
  • manquer d’appétit
  • être irritable ou triste
  • manquer d’énergie ou s’essouffler facilement
  • avoir souvent froid… Cet état de fatigue générale peut entraîner des difficultés scolaires pour les enfants plus âgés qui auront du mal à se concentrer.

 

Il existe 2 formes de fer : le fer hémique qui se retrouve uniquement dans les fibres musculaires animales, plus facilement absorbé par le corps de votre enfant ; et le fer non hémique moins bien absorbé.

Les sources de fer hémique sont donc les viandes (bœuf, agneau, veau, volailles) et poissons. Le fer non hémique se trouvera dans les céréales, pâtes, riz, semoule, légumineuses (lentilles, pois,…), noix et graines, légumes verts à feuilles, œufs et tofu.

Lorsqu’il n’y a pas de viande ni poisson au repas, assurez-vous d’y inclure une source de vitamine C qui accroît l’absorption du fer non hémique. Voici des fruits et légumes qui contiennent de la vitamine C : poivron, tomate, navet, chou-fleur, brocoli, chou de Bruxelles, pamplemousse, clémentine, mandarine, fraise, framboise, kiwi, melon et mangue.

Attention, le calcium par contre limite l’absorption du fer. Evitez de lui proposer d’autres produits laitiers en sus de son biberon, optez plutôt pour de nouveaux aliments à lui faire découvrir !

 

Les enfants nés avant terme peuvent nécessiter une prescription de complément en Fer, si leur réserve n’a pas eu le temps d’être constituée avant la naissance.

Tous les laits maternisés en poudre sont enrichis en Fer pour couvrir les besoins des bébés.

Lorsque votre enfant sera en âge de commencer à diversifier son alimentation, proposez-lui une alimentation la plus variée possible pour lui assurer un apport adéquat de tous les nutriments essentiels à son développement, dont le Fer.

Variez les sources de Fer en lui proposant au moins 2 aliments différents en contenant chaque jour, notamment en fer hémique mieux absorbé par le corps.

 

Mémo Parents 🙂

  • Le fer est indispensable à la croissance de votre enfant.
  • On le trouve dans la viande, le poisson, mais aussi dans les produits céréaliers et les végétaux.
  • Dès 6 mois, offrir chaque jour plusieurs aliments riches en fer à votre enfant.